Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

3 vidéos sur la vocation missionnaire MEP

4 octobre 2015

Le Service des Vocations a mis en ligne trois clips vidéo de 2-3 minutes pour faire connaître les MEP et la vocation missionnaire Ad Extra. Ces vidéos s’adressent aux jeunes.

3 vidéos sur la vocation missionnaire MEP

Suivre le Christ en Asie : pourquoi pas toi?

Trois très courtes vidéos pour présenter aux jeunes la vocation missionnaire MEP.


Le Service des Vocations a mis en ligne trois clips vidéo de 2 à 3 minutes pour faire connaître les MEP et la vocation missionnaire Ad Extra. Ces vidéos s’adressent aux jeunes.Pour voir les vidéos sur YouTube, taper «Missions Etrangères de Paris», puis les premiers mots du titre de la vidéo.


Ou bien cliquer sur :
Vidéo 1/3 - Depuis 350 ans, la mission demeure !
Vidéo 2/3 - Et toi, es-tu bâtisseur pour ta génération ?
Vidéo 3/3 - Suivre le Christ en Asie : pourquoi pas toi ?

 

 

C’est bien de l’altitude et non de l’avance qu’il faut prendre, c’est bien l’homme éternel qu’il faut éveiller, et c’est ce que tentent les MEP par quelques courtes vidéos.

Des vidéos qui sont un pari : il n’est pas question de missiologie révolutionnaire, de dépaysement touristique, de liturgie exotique – du moins la question n’est pas là : c’est de don de soi pur qu’il s’agit. De joie pure aussi, à regarder tous ces visages...A travers trois vidéos brèves, limpides, foudroyantes, les Missions Etrangères de Paris souhaitent ouvrir l’horizon sur un monde insoupçonné, une vie impensée. Elles le font par le silence des mots et l’exemple des images de ces missionnaires de siècle en siècle, car comme disait le poète : « seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse ».


Ces vidéos, c’est bien sûr un homme de chair qui les a réalisées, Bruno Baccheschi, un artiste qui a été touché par cette vocation du missionnaire MEP en Asie. Cet homme tente de mettre la quintessence de son expérience spirituelle dans le défilement de quelques images. Vaste tâche donc, mais belle tâche : « venez et voyez ».


« Mais comment ouvrir les hommes à cette dimension divine qui, en leur donnant l’infini, les guérit de la démesure? J’ai souvent ouï dire que les recettes de l’apologétique classique ne répondaient plus au goût d’aujourd’hui. Faut-il en inventer de nouvelles, plus adaptées à la sensibilité contemporaine et qui soient comme des modulations du “dernier cri” de la mode ? La mode passée si vite qu’on s’essouffle en vain à la suivre. C’est de l’altitude qu’il faut prendre et non de l’avance; ce n’est pas en collant servilement à ce qui se passe, mais en s’élevant vers ce qui demeure qu’on répond le plus profondément aux besoins de l’homme moderne qui, sous les oripeaux éphémères de l’actualité restent les besoins de l’homme éternel […] c’est l’homme éternel qu’il faut retrouver et émouvoir dans l’homme moderne. Peu importent les formules – et les mots les plus nus sont ici les mieux entendus – pourvu qu’on l’atteigne au vif de sa blessure et de sa solitude, au point d’articulation de l’espérance et de l’impossible. »


Gustave Thibon, Notre regard qui manque à la lumière.

<< Go back to list