Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Des MEP autour du Pape : pèlerinage à Rome (4-7 juillet 2013)

17 juillet 2013

Dans le cadre de l’Année de la Foi, le pape a invité à Rome, les séminaristes, novices et les jeunes en recherche vocationnelle.
3 jeunes du Foyer Vocation des MEP, un nouveau diacre et un prêtre MEP y participaient.

Dans le cadre de l’Année de la Foi, le pape a invité à Rome, les séminaristes, novices et les jeunes en recherche vocationnelle. Ce fut l’occasion pour 3 jeunes du foyer vocationnel des MEP, pour un tout nouveau diacre des MEP accompagnés par le P. Aymeric de Salvert, mep, de partir faire un pèlerinage du 4 au 7 juillet sur la tombe de Pierre pour confier au Seigneur le parcours de chacun.

Arrivés à Rome, nous avons rejoint les 6000 jeunes gens et jeunes filles venu de 66 pays. Dans la fraicheur de la soirée, partant du Château Saint Ange nous avons tous remontés la Via della Conciliazione. Une fois arrivée à l’obélisque de la Place St Pierre à l’invitation de S.E. Monseigneur Rino Fisichella (président du conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation) chacun dans sa langue nous avons professé la Foi qui nous unie tous. Ce fut un beau témoignage de la catholicité de l’Eglise qui comme au jour de la Pentecôte professe une unique Foi dans différentes langues. Puis accompagné par la litanie des Saints nous sommes entrés prier sur la tombe du Prince des Apôtres avant de nous disperser dans la ville.

Le lendemain c’est par pays que nous nous sommes retrouvé pour un temps d’enseignement. Nous avons pu entendre S.E. Monseigneur Vincent Dollmann (évêque auxiliaire de Strasbourg) nous parler de la vocation selon Vatican II. Voici un bref extrait de cette belle intervention : « Si les différentes vocations dans l’Eglise sont caractérisées par la double réalité de la consécration et de la mission et s’ils trouvent les repères dans les conseils évangéliques, leur mise en œuvre ne dépend pas en premier de l’homme. Le Bienheureux Jean-Paul II, dans son premier Message pour la journée mondiale des vocations en 1979, écrivait « La vraie réponse à toute vocation est une œuvre d’amour… Cette force d’amour, c’est le Christ lui-même qui vous l’offre, comme don qui s’ajoute au don de son appel et qui rend possible votre réponse ». Ainsi notre réponse est soutenue par Dieu lui-même à travers le sacrement de l’eucharistie qui enracine notre ‘oui’ dans le ‘oui’ du Christ et à travers le sacrement du pardon qui lui offre purification et relèvement ». Après un temps de prière près du cœur du grand réformateur Saint Charles Borromée qui a tant fait pour la formation des prêtres après le concile de Trente et la Messe chacun a pu à son rythme découvrir Rome en suivant l’itinéraire de grand saints (Thérèse de Lisieux, Philippe Neri, Louis Gonzague…)

Le samedi nous avions rendez-vous avec le Pape ! Bien au frais dans la salle Paul VI, après avoir écouté de nombreux témoins, nous avons eu la joie d’entendre le Pape François nous parler de la vocation. Avec son style très direct et familier le Saint Père nous a exhorté à ne pas choisir « culture du provisoire » mais d’être des témoins authentiques afin que « les autres [puissent] lire l’Évangile dans nos vies ». En nous quittant il nous a encouragé à aller de l’avant « avec joie, avec cohérence, avec le courage de dire la vérité, de sortir de soi pour rencontrer Jésus dans la prière et de sortir de soi pour rencontrer les autres et leur donner l’Évangile ». À la sortie de l’audience, nous avons parcourus chapelet à la main les jardins du Vatican pour prier « la Mère qui nous aide à prendre librement les décisions définitives, sans peur ».

Enfin le dimanche matin, nous nous sommes réunis dans la Basilique Saint Pierre, pour la Messe présidé par le Pape François. Dans son homélie il nous a rappelé le lien intime entre prière et mission : « L’évangélisation se fait à genoux. Soyez toujours des hommes et des femmes de prière. Sans un rapport constant avec Dieu la mission devient un métier […] Le risque de l’activisme, d’une trop grande confiance dans les structures, est toujours un piège. Si nous regardons Jésus, nous voyons qu’à la veille de chaque décision ou évènement important, il se recueillait dans une prière intense et prolongée. Cultivons la dimension contemplative, y compris dans le tourbillon des engagements les plus urgents et pesants. Et plus la mission vous appelle à aller vers les périphéries existentielles, plus votre cœur doit être uni à celui du Christ, plein de miséricorde et d’amour. Là se trouve le secret de la fécondité pastorale, de la fécondité d’un disciple du Seigneur ! […] La diffusion de l’Evangile n’est assurée ni par le nombre de personnes, ni par le prestige de l’institution, ni par la quantité des ressources disponibles. Ce qui compte, c’est d’être imprégné de l’amour du Christ, se laisser conduire par le Saint Esprit et greffer sa propre vie sur l’arbre de vie, qui est la Croix du Seigneur. »

Ces quelques jours dans la Ville Eternelle nous ont permis d’ancrer plus profondément notre Foi et de partager avec d’autres nos questions sur la vocation et surtout de confier à la prière du premier Apôtre et du grand missionnaire St Paul nos parcours afin que chacun puisse là où il se trouve témoigner de l’amour du Christ.
Chers lecteurs me faisant l’écho du pape lors de l’Angelus du 7 juillet je vous demande de prier pour les jeunes qui cheminent sur le chemin du sacerdoce ou de la vie religieuse afin « l’amour du Christ murisse toujours plus dans leur vie et qu’ils deviennent de vrai missionnaire du Règne de Dieu ».

 

 

Ludovic Mathiou, MEP

 

rome14.jpg

<< Go back to list