Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Mot d'envoi du Père Georges Colomb, Supérieur Général des MEP

12 septembre 2011

Prononcé lors de la Messe d'Envoi du Père Guillaume Pingat, Mep et du Pere Luigi MYA Tun , prêtre associé aux M.E.P

 Dimanche 11septembre a été célébrée dans la Chapelle des MEP la messe d'envoi en mission a Madagascar du Père Guillaume Pingat, Mep et du Père Luigi MYA Tun, prêtre associé aux M.E.P.
Elle a été présidée par Mgr Minnerath, archevêque de Dijon.
Le Père Georges Colomb, supérieur général des Missions Etrangères de Paris a donné le mot d'envoi, dont nous reproduisons le texte. 

Chers Guillaume et Luigi,

Bientôt, vous allez partir pour Madagascar, Guillaume, dans quelques jours, Luigi, dans quelques semaines. Vous allez faire alliance avec ce pays. « Pense à l’Alliance du Très Haut et oublie l’erreur de ton prochain », nous rappelle Ben Sirac le Sage, livre que nous avons lu pendant cette messe. Vous méditerez cette parole parce que, en partant dans votre pays de mission que vous n’avez pas choisi, vous allez vivre une alliance, des épousailles avec une terre, avec un peuple, au sein de notre Eglise. Saint-Paul vous rappelle dans la lettre aux Romains que vous appartenez au Seigneur dans votre vie comme dans votre mort. C’est bien le propre d’une alliance de nous lier pour toujours, pour le meilleur et pour le pire !

1.jpg

 

Les instructions contenues dans l’évangile de ce jour qui nous invitent au pardon ne seront pas de trop pour garder vivante, actuelle, forte, cette alliance avec votre nouveau pays. Dieu veut conduire l’humanité, tous les hommes, à une vie de communion avec lui. Il fait alliance avec les hommes au Sinaï. Votre alliance avec Madagascar, comme celle du Seigneur au Sinaï n’est pas un contrat entre égaux parce que vous ne vous êtes pas choisis. C’est l’Eglise qui vous envoie ! 

Chers confrères, vous partirez à Madagascar, afin d’y travailler à l’œuvre de Dieu, qui est, nous dit Saint Jean, que le monde croie en Celui qu’Il a envoyé, afin de partager sa propre vie. Vous le ferez comme chrétiens en vous agrégeant à l’Eglise locale qui vous accueillera, et comme prêtres en prenant place dans le presbyterium de l’évêque auquel vous serez envoyés, comme membres de la Région MEP de l’océan Indien, Guillaume sans limitation de durée, et Luigi pour une période de 9 années.

Avec joie, humilité et reconnaissance vous entrerez dans cette terre promise que le Seigneur vous donne et vous ferez alliance avec le peuple qui l’habite. Vous en découvrirez la grandeur et la beauté, vous vous mettrez à l’école de sa langue et de ce qu’il a de meilleur. Vous recevrez de l’Eglise locale sa manière propre de vivre la foi catholique.

photo 2-1.jpg

Madagascar reste une île malgré sa taille immense, et les communautés humaines qui la peuplent sont cloisonnées en raison de la difficulté des transports. Dans une île plus qu’ailleurs, l’étranger, Français ou Birman, doit prendre le temps de s’enraciner dans la culture locale et de se faire accepter. C’est en vous voyant vivre que les gens reconnaîtront la qualité de ce qui vous anime et la sincérité de vos efforts pour cheminer avec eux.

L’évangile de ce dimanche vous indique providentiellement deux fléaux contre lesquels vous serez amenés à lutter avec vos communautés locales : l’endettement et la division.

L’endettement au sens propre affecte les familles les plus pauvres et le pays lui-même sur la scène internationale. Mais un endettement culturel, pourrait-on dire, sévit aussi, qu’il s’agisse des conséquences de la colonisation ou d’un culte des ancêtres envahissant et d’autres traditions qui stérilisent trop souvent la vitalité du peuple malgache.

La division, comme partout, fragilise les communautés humaines, mais à Madagascar en ce moment elle existe au plus haut niveau de l’appareil politique et constitue une grave menace pour l’ensemble du pays. Nombreux sont ceux qui attendent l’homme providentiel qui va régler tous les problèmes. Vous savez bien qu’il n’existe pas ! Apportez leur le Christ, l’évangile, donnez le témoignage d’une église servante, proche des pauvres, solidaire avec eux jusque dans votre façon de vivre !

photo 3.jpg

 

L’Evangile du Christ que vous annoncerez est une Bonne nouvelle libératrice pour tous ceux qui souffrent quotidiennement de l’endettement et de la division. L’Eglise n’a pas de solutions miraculeuses à apporter, mais elle travaille au développement intégral de tout homme et de tous les hommes, elle contribue aussi au pardon et à l’unité. Une belle et noble tâche vous attend là-bas.

Un jour vous serez peut-être amenés, comme certains des confrères qui vous accueilleront, à construire avec les chrétiens locaux des routes et des ponts. Mais de toute façon votre mission de prêtres et de missionnaires fait de vous des serviteurs de la relation entre les hommes et avec le Seigneur.

La croix que vous allez recevoir est le signe de l’espérance pascale. Elle rappelle la Passion du Seigneur, à laquelle votre mission vous associera inévitablement et douloureusement. Mais elle donne aussi à voir le lieu où le Christ a vaincu la mort et sauvé le monde. Que cette croix de partant soit le témoin de votre engagement missionnaire, qu’elle vous encourage à l’accomplir fidèlement, avec persévérance, dans la joie évangélique et dans l’espérance.

Comme l’écrivait Saint Ephrem : « [Ô Christ, tu es] le glorieux fils du charpentier qui, sur le char de [ta] croix, [vins] au-dessus de la gueule vorace des enfers et [transféras] le genre humain dans la demeure de la vie. […] Gloire à toi ! tu as jeté ta croix comme un pont au-dessus de la mort, pour que les hommes y passent du pays de la mort à celui de la vie. »

Guillaume, Luigi, que la croix du Seigneur soit votre joie, votre espérance et votre force !

 

<< Go back to list