Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Nouvelles du P. Michel RONCIN, missionnaire en Corée

9 janvier 2012

Chers parents ou amis...

Voici que nous arrivons à la fin de cette année 2011 qui aura été passablement mouvementée avec le printemps arabe, le tremblement de terre et le tsunami au Japon, la crise de l’euro et des perspectives économico-financières plutôt pessimistes. Dans notre monde globalisé, tous ces événements ont des répercutions à l’échelle mondiale. Je lisais récemment que le gouvernement nord-coréen interdisait le retour dans leur pays de plusieurs centaines de travailleurs nord-coréens qui se trouvaient en Egypte et en Lybie, de peur que ces derniers n’informent le peuple nord-coréen de ce dont ils ont été témoins en Egypte et en Lybie. Le tsunami du Japon, avec la crise nucléaire qu’il a déclenchée dans ce pays, oblige beaucoup de gouvernements, sous la pression populaire, à revoir leurs plans énergétiques pour le futur; elle met aussi en jeu par le fait même notre mode de vie tellement consommateur d’énergie. Enfin la crise financière, dont la crise de l’euro n’est finalement qu’un épisode, pose plus largement la question d’une société de plus en plus inégalitaire où quelques uns s’enrichissent toujours davantage au détriment de la majorité de la population mondiale.

 

- Cette année n’a heureusement pas vu de graves incidents se produire entre les deux Corées comme cela s’était produit l’année dernière; mais les relations entre les deux pays restent difficiles, et le problème de la possession de l’arme atomique par la Corée du Nord pèse très lourd et contribue à l’isolement de ce pays sur la scène internationale. Les négociations à six (USA, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon, Russie) sur cette question sont au point mort, et je crains bien qu’elles ne reprennent maintenant qu’après la fin du mandat du Président sud-coréen, c’est à dire qu’il faille attendre le début de l’année 2013. Je pense que jamais la Corée du Nord ne négociera avec le Président sud-coréen actuel; leur inimitié est trop grande! Cela permet aussi à la Corée du Nord de gagner du temps!...
L’année prochaine, la Corée du Nord va fêter les cent ans de la naissance de Kim Il-Song, le fondateur du régime. La Corée du Nord sera donc particulièrement sous surveillance l’année prochaine, car on ne sait jamais quel genre de ‘festivités’ ils sont capables d’entreprendre. Les Coréens du Sud sont tellement habitués aux menaces de la Corée du Nord qu’ils n’y prêtent pas trop attention; lors d’un tel événement la prudence s’impose. Mais aujourd’hui nous avons appris la mort de Kim Jeong-Il, cela change les données !?...
Je ne suis pas allé en Corée du Nord cette année. J’ai laissé la place à deux collègues qui y sont allés, l’un au printemps et l’autre à l’automne. La visite du printemps a failli ne pas avoir lieu, car le gouvernement sud-coréen bloquait toute forme d’aide humanitaire à la Corée du Nord à cause des incidents de l’automne 2010 où une île sud-coréenne avait été bombardée par l’armée nord-coréenne. Finalement l’autorisation a été donnée, mais la visite a du être retardée d’une quinzaine de jours. Il s’agit toujours du même programme d’aide à l’intention des tuberculeux qui sont résistants aux médecines ordinaires.

- Le 11 Mars avait lieu un terrible tremblement de terre suivi d’un tsunami sur la côte nord-est du Japon, une catastrophe encore aggravée par la présence de Centrales Nucléaires en bord de mer dans cette région régulièrement touchée par les tremblements de terre. Il faut dénombrer au moins 25.000 morts, car ceux qui sont portés disparus ne réapparaîtront certainement jamais. Et puis il y a tous ces gens, bien plus nombreux encore, qui ont tout perdu et vivent provisoirement dans des logements de fortune. Heureusement, tout un mouvement de solidarité s’est développé, dans le pays et à l’étranger, pour soutenir les rescapés. Mais ce qui a immédiatement retenu l’attention, ce sont les Centrales Nucléaires très endommagées par le tsunami. On a été au bord d’un nouveau Tchernobyl. Avec le recul, on se demande vraiment comment les pouvoirs publics ont pu autoriser la construction de Centrales Nucléaires en bord de mer dans une région qui avait déjà été victime de tsunamis dans un passé pas si lointain! La presse a provoqué un véritable mouvement de panique chez certain français vivant au Japon, et même en Corée, aggravé sans doute par le fait que les gens se sentaient isolés loin de leur pays et qu’ils étaient soumis à la pression de leur famille en France qui s’imaginait le pire. Evidemment on parlait d’un nuage atomique qui n’a en réalité jamais existé! La Corée n’a pas été touchée à l’époque, car les vents étaient contraires, et les particules radioactives ont en fait atteint la France avant de parvenir en Corée après avoir fait le tour du monde. La situation est en fait beaucoup plus grave maintenant, mais la presse à sensation se porte sur d’autres sujets, comme la crise de l’euro! Elle est plus grave pour deux raisons: d’une part, toute une région du nord-est du Japon est maintenant effectivement contaminée par les radiations et les rejets radioactifs; tous les produits venant de cette région sont donc suspects. Il est bien difficile d’en mesurer les conséquences pour les gens eux-mêmes qui ont été exposés d’une manière ou d’une autre à cette pollution; il est probable que les cancers (leucémie et tyroïde en particulier) vont augmenter dans dix à quinze ans. D’autre part, la pollution maritime est aussi très importante et concerne une zone beaucoup plus vaste qui atteint aussi bien les côtes de Chine, de Russie que de Corée. Pour la Corée on nous dit qu’elle est négligeable parce que diluée dans la masse des eaux; mais elle peut aussi se concentrer en certains lieux et rendre certains produits de la mer dangereux. Il n’est évidemment pas possible de tout contrôler !
Au delà du Japon, cela pose la question du nucléaire comme source d’énergie dans son ensemble. En Corée cet événement a aussi provoqué de nombreuses réactions et un mouvement anti-nucléaire est en train de se développer, d’autant plus qu’en Corée nous avons aussi des Centrales Nucléaires en bord de mer. En Corée, environ la moitié de l’énergie électrique est produite par le nucléaire. Comme en France, le gouvernement en place ici n’est pas du tout prêt à une telle révision. Mais trouver de nouvelles énergies de remplacement demandera de toute façon beaucoup de temps, ou alors il faut accepter d’avoir un nouveau type de développement beaucoup moins consommateur d’énergie. C’est alors toutes nos habitudes de vivre et de consommer qu’il faut changer. Si la Chine et l’Inde se mettent à l’avenir à consommer autant d’énergie que nous, nous allons droit à la catastrophe. Et pourtant, n’y auraient-ils pas droit autant que nous? Le gaspillage d’énergie que nous provoquons est un véritable scandale; il faudra bien un jour - et le plus tôt possible - y trouver des remèdes.

- Au mois de Mai nous avons eu la visite d’un pèlerinage français en Corée sur les traces des trois premiers martyrs français sur le sol coréen, les Pères Maubant et Chastan, et Mgr. Imbert, décapités à Seoul en 1839. Ce sont des pèlerins originaires de leurs trois diocèses respectifs, Bayeux, Digne et Aix-en-Provence, qui ont participé à ce pèlerinage. Comme ils n’étaient qu’une quinzaine, cela a permis beaucoup de souplesse dans l’organisation. J’ai pu les accompagner durant une bonne partie du pèlerinage, ce qui m’a aussi permis de découvrir des sites dont j’ignorais moi-même l’existence. Ils ont été accueillis très chaleureusement à Seoul par la paroisse de Samseongsan où ces trois premiers martyrs français avaient été enterrés.

- Depuis plus d’un an maintenant, je suis donc aumônier de la Commu-nauté francophone de Seoul. C’est nouveau pour moi d’avoir à tra-vailler en français! C’est une Communauté très vivante et diverse de par l’origine de ses membres: Français, Belges, Cana-diens, Africains de divers pays (surtout de Côte d’Ivoire) et même quel-ques Coréens qui y vien-nent de manière régu-lière. Certains forment des couples mixtes fran-co-coréens. Ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire l’année dernière a été pour les Ivoiriens une grande épreuve. En géné-ral les messes sont très vivantes et animées, car il y a beaucoup d’enfants. La plupart des familles passe entre trois et cinq ans en Corée. Cela veut dire qu’il y a un renouvellement permanent; environ un tiers de familles quittent chaque année pour retourner dans leur pays d’origine ou aller encore dans un autre pays. C’est un inconvénient car chaque année il faut penser au renouvellement du Conseil Paroissial et des catéchistes. Mais cela a aussi des avantages, car ce va-et-vient permet d’éviter la sclérose et facilite le renouvellement des responsables, avec l’apport d’idées nouvelles. L’année dernière nous avions environ 80 enfants en catéchèse. Cette année nous en avons un peu moins, car les familles qui sont arrivées en Septembre de cette année sont dans l’ensemble plus jeunes. Les enfants sont tout aussi nombreux, mais il y en a moins en âge scolaire. Les familles européennes ont l’avantage dans l’ensemble de vivre à peu près dans le même quartier de Seoul, au milieu de familles coréennes. Elles se regroupent là à cause de la présence de l’école française. Par contre, les familles africaines se retrouvent dans l’ensemble dans un autre quartier beaucoup plus cosmopolite. Cela crée un peu une cassure entre les deux communautés africaine et européenne du fait de lieux d’habitation différents. Je m’efforce de remédier à cela en favorisant les échanges. Déjà la situation est bien meilleure que l’année dernière.
Le 13 Novembre dernier, nous avons organisé un pique-nique et les Africains sont venus nombreux - plus nombreux que les français - grâce aux deux bus que nous avions loués (voir photo). Nous les avons loués exprès pour que les familles africaines puissent participer. L’année dernière, à la même époque, aucune famille africaine n’avait participé au pique-nique, car il n’y avait pas de bus loué. Cette année, cette sortie a permis beaucoup d’échanges entre Africains et Européens; ils ont aussi partagé les plats qu’ils avaient préparés. Déjà en Octobre, un mariage africain qui a eu lieu au cours de la messe dominicale, que nous célébrons le samedi soir, avait permis beaucoup d’échanges. Des familles européennes avaient offert des cadeaux aux jeunes mariés et les Africains avaient préparé un buffet sur place où tous étaient invités. Tout cela a contribué à changer l’atmosphère. Je trouve cette expérience très intéressante.

- Je continue à accompagner des prisonniers latino-américains. Ils sont encore 21 détenus de plusieurs pays d’Amérique Latine, dans plusieurs prisons coréennes. Ces derniers temps je leur ai peu rendu visite, car la plupart sont retenus assez loin de mon lieu de résidence. Mais je leur envoie régulièrement des courriers avec les lectures de la messe du dimanche et le contenu de mes homélies en espagnol, puisque je célèbre toujours deux fois par mois la messe en espagnol pour les travailleurs migrants. Et je facilite le lien entre eux et leur famille restée au pays. Pour eux, être prisonniers dans un pays comme la Corée, avec une langue, une culture et des modes de vie tellement différents de ceux d’Amérique Latine, et coupés qu’ils sont de leur famille, c’est une épreuve réellement très lourde. C’est aussi rageant de voir que souvent ils sont condamnés à de lourdes peines pour des délits mineurs, alors que des Coréens, pour le même délit, ne seraient sans doute pas mis en prison. Il y a là une profonde injustice.

- J’accompagne toujours trois équipes de l’Action Catholique Ouvrière, ainsi que le travail de la Coréenne, Seo Victoria, coordinatrice du MMTC pour la région de l’Asie de l’Est; et dans ce cadre, je suis allé au mois d’Octobre à Taiwan pour participer à une session de délégués des Mouvements d’Action Catholique Ouvrière de la région. Le thème portait sur les migrations, car notre région est de plus en plus touchée par l’afflux de travailleurs migrants venant surtout de plusieurs pays d’Asie, et pour le Japon beaucoup de Brésiliens et de Péruviens. Mais partout les législations sont faites en sorte qu’ils ne puissent pas s’installer durablement dans le pays d’accueil; leur temps de séjour est donc limité à environ cinq ans et ils ne sont pas autorisés à faire venir leur famille. Cela pose évidemment beaucoup de problèmes et beaucoup ne souhaitent pas retourner dans leur pays après cinq ans; ils deviennent donc clandestins.

- En Octobre je suis aussi allé à l’Ile Maurice pour le Conseil Plénier, c’est à dire la réunion des responsables de mission MEP avec les membres de notre Conseil Permanent. Nous faisons toujours cette rencontre dans l’un des pays où nous travaillons. Nous avons cette rencontre chaque année à l’automne pour faire le point sur toutes les questions importantes qui concernent le gouvernement de la Société MEP. Au chapitre de cette rencontre cette année figuraient, entre autres, l’application des nouvelles Constitutions de la Société votées par l’Assemblée Générale de l’année dernière et la question de l’accueil et du soutien des jeunes confrères qui arrivent en mission. A noter que cette année sept jeunes ont été ordonnés prêtres au titre des Missions Etrangères. Il y a bien longtemps, plus de 35 ans, que les MEP n’ont eu autant de jeunes ordonnés prêtres en une seule année.

- L’année 2012 sera une année importante pour la Corée puisqu’en Avril nous aurons les élections législatives, et en Décembre les élections présidentielles. Il faut s’attendre à des changements politiques importants, car il souffle actuellement un vent violent de mécontentement sur tout le pays. En ce moment nous avons de grosses manifestations contre l’accord de libre échange entre les Etats-Unis et la Corée, passé en force par le parti au pouvoir. Cela a provoqué des affrontements graves au Parlement entre députés. Cet accord fait la part belle aux grands trusts coréens (les chaebols) au détriment du monde paysan. Mais, d’une manière générale, toute la politique de l’actuel Président favorise les riches au détriment des pauvres. En quatre ans le fossé s’est considérablement creusé entre les riches et les pauvres et beaucoup de gens ont du mal à se loger - alors que bien des appartements sont vides - car les loyers sont trop chers.

Après ce tour d’horizon, et au terme de cette année, je viens vous offrir tout mes Meilleurs Vœux pour 2012. Je souhaite que cette nouvelle année vous soit bonne et vous garde en bonne santé. Quelle soit une année de Paix pour vos familles et pour tous les peuples.
Et tout d’abord je vous souhaite un Joyeux Noël. Que la naissance de l’enfant-Dieu illumine nos cœurs et les comble d’Espérance, car Dieu nous aime et veut notre vrai bonheur.
Je compte me rendre en France pour l’été 2012 et j’espère rencontrer beaucoup d’entre vous.
Michel Roncin

<< Go back to list