Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Ordinations diaconales 2013 : 2 nouveaux diacres

23 juin 2013

ce 22 juin Julien BOURY et Ludovic MATHIOU ont été ordonnés diacres en l’église Saint François-Xavier des Missions-Etrangères par Mgr Jean-Louis PAPIN, évêque de Nancy et Toul, et ils ont été agrégés définitivement à la Société.

Nouveaux diacres

Ce 22 juin Julien BOURY et Ludovic MATHIOU ont été ordonnés diacres en l’église Saint François-Xavier des Missions-Etrangères par Mgr Jean-Louis PAPIN, évêque de Nancy et Toul, et ils ont été agrégés définitivement à la Société. Le Supérieur général leur a révélé leurs destinations à la fin de la messe d’ordination :

  • Julien BOURY est envoyé au Groupe missionnaire de l’Inde
  • Ludovic MATHIOU est envoyé au Groupe missionnaire de Thaïlande, pour la Birmanie.
  •  

Découvrir les en vidéo :

 


Julien Boury, futur missionnaire MEP 2013 par KTOTV

 


Ludovic Mathiou, futur missionnaire MEP 2013 par KTOTV

 

Cliquez ici pour visionner le diaporama de cet événement

 

 

 

 

Homélie des ordinations diaconales du 22 juin 2013, prononcée par Mgr Papin, évêque de Nancy et Toul.
à l'église St François-Xavier des Missions Etrangères.

Frères et sœurs, chers amis, Julien et Ludovic ont choisi pour leur ordination diaconale un passage du magnifique enseignement de Jésus à ses disciples peu avant sa passion, notamment cette parole émouvante : « Je ne vous appelle plus serviteurs… Je vous appelle mes amis ». Or, dans quelques instants, par l’imposition de mes mains et la prière de l’Eglise, je vais faire d’eux des diacres, autrement dit des serviteurs.

De fait, les mots service et serviteurs reviennent fréquemment dans la liturgie de l’ordination. Déjà dans la prière qui ouvrait la célébration : « Dieu qui as enseigné aux ministres de ton Eglise à servir et non à se faire servir, accorde à tes serviteurs, Julien et Ludovic, d’être pleins de douceur dans leur service… ». Puis la prière d’ordination qui fera référence au choix par les Apôtres de sept hommes pour les aider dans le service quotidien de la communauté, en particulier le service des tables. On considère communément cet événement dont nous avons entendu le récit en première lecture comme étant celui de la naissance du diaconat. La prière sur les offrandes évoquera le beau geste du lavement des pieds dont nous entendons le récit chaque année, au soir du Jeudi Saint. Par ce geste d’humilité, Jésus se révèle à ses disciples comme étant le Serviteur de Dieu qui accomplit sa mission non pas selon la logique du pouvoir mais selon celle du service. « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert », nous dit-il. C’est en cela que réside sa Seigneurie. Et il invite ses disciples – il nous invite - à faire de même. Puis, ce sera la préface qui louera Dieu pour la diversité des services dans l’Eglise et le dévouement dont doivent faire preuve ceux qui les accomplissent. Après la communion, nous demanderons à Dieu de garder les nouveaux diacres « toujours fidèles au service de l’Evangile, des sacrements et de la charité ». Viendra, enfin, la bénédiction finale qui dira une dernière fois que si Dieu les a appelés à exercer le ministère de diacre, c’est pour « être au service des autres dans son Eglise ».

Julien, Ludovic, c’est donc tout à fait clair : l’ordination va faire de vous des serviteurs dans l’Eglise pour qu’elle soit véritablement servante des hommes. Car si vous êtes ordonnés diacres, ce n’est pas d’abord pour vous, mais pour le bien de la communauté humaine et de chacun de ses membres. Notre pape François, depuis son élection, ne cesse de nous mettre en garde contre une Eglise qui n’existerait que pour elle-même et serait oublieuse de sa mission. Nous l’avons entendu adresser aussi cette même mise en garde aux prêtres et aux évêques, et à travers eux à tous ceux qui exercent un ministère ou une responsabilité dans l’Eglise. De même que le Père a envoyé son Fils dans le monde, de même le Christ envoie ses disciples jusqu’aux extrémités de la terre pour enseigner et baptiser afin que les hommes aient la vie en abondance. La mission d’annoncer l’Evangile est tellement inhérente à l’Eglise que le pape Paul VI a déclaré dans sa belle exhortation sur l’évangélisation : « Evangéliser est… la grâce et la vocation propre de l’Eglise, son identité la plus profonde. Elle existe pour évangéliser, c'est-à-dire pour prêcher et enseigner, être le canal du don de la grâce ». On fit fréquemment référence à ces paroles de Paul VI lors du récent synode romain sur la nouvelle évangélisation. Certes, nous devons annoncer l’Evangile à ceux et celles qui sont déjà membres de l’Eglise car nous avons toujours à être évangélisés. D’ailleurs, comment pourrions-nous annoncer l’Evangile si nous ne nous laissons pas nous-mêmes évangéliser ? Plus encore, nous avons à l’annoncer à ceux et celles qui tout en étant bien éloignés d’une vie ecclésiale s’adressent à nous pour une raison ou pour une autre. Mais, nous ne pouvons pas nous contenter de cela. Nous avons à sortir de nos lieux habituels de rencontre pour aller vers ceux qui ne viendront pas vers nous et qui ne nous demandent rien. L’Eglise n’est véritablement du Christ que si elle sort d’elle-même pour être en quelque sorte une Eglise hors-les-murs. « L’élan missionnaire est un signe clair de la maturité d’une communauté ecclésiale », a écrit Benoît XVI dans son exhortation apostolique sur la Parole de Dieu.

Chers Julien et Ludovic, vous allez être ordonnés diacres pour être serviteurs de l’Evangile. On sait en effet que les sept qui furent institués au tout début de l’Eglise pour le service des tables ne se sont pas limités à cela. Très tôt, on les a vus, tels Etienne et Philippe, aller sur les routes pour annoncer l’Evangile et pour baptiser. Le service de ceux et celles qui sont dans le besoin va de pair avec l’annonce de l’Evangile. Il en est une composante majeure. Le récent rassemblement national « Diaconia 2013 – Servons la fraternité » nous l’a clairement rappelé. C’est la mission des diacres de le signifier au jour le jour dans l’Eglise et pour le monde.

Chers amis, vous allez être ordonnés à ce ministère au titre des Missions Etrangères de Paris, vous inscrivant ainsi dans la longue et belle lignée de ceux qui ont quitté leur pays et leur communauté d’origine pour aller à la rencontre de peuples et de cultures autres que les leurs. Nombre d’entre eux ont rendu à l’Evangile le plus radical et le plus beau témoignage, celui du martyre. Evêque d’un diocèse lorrain, permettez que je cite ici saint Augustin Schoeffler, mort à cause de la foi en 1851 au Tonkin, et Nicolas Krick qui avec son compagnon, Augustin Boury a été tué, trois ans plus tard, en 1854 alors qu’il tentait de porter l’Evangile au Tibet. Leur destinée ainsi que celle de beaucoup d’autres nous disent qu’il n’y a pas d’authentique service de l’Evangile sans le don de soi qui peut aller jusqu’à l’extrême. La plupart de ceux qui partaient vers les missions lointaines avaient intégré cela. Ne sommes-nous pas disciples de Jésus, le Serviteur, qui fit don de sa vie pour l’annonce du Royaume ?

Julien et Ludovic, c’est ce don total de vous-mêmes que signifie votre engagement au célibat. C’est cela aussi que vous manifesterez lorsque je vous demanderai si vous voulez conformer votre vie à celui dont vous prendrez sur l’autel le Corps et le Sang. C’est encore cette même volonté de vous donner et de vous abandonner à Dieu corps et âme pour l’annonce de l’Evangile que vous signifierez en vous prosternant sur le sol pendant que nous invoquerons pour vous les saints et les saintes de Dieu.

On comprend alors la parole de Jésus : « Je ne vous appelle plus serviteurs… Je vous appelle mes amis ». Jésus ne nous propose pas le modèle de l’esclave qui obéit formellement à son maître sans adhérer de l’intérieur à ce qu’il lui demande. Il veut faire de nous ses amis. C’est pourquoi il vous fait connaître tout ce qu’il a appris de son Père. Chers Julien et Ludovic, après vous avoir ordonnés diacres, je vous remettrai l’Evangéliaire. Il contient précisément ce que Jésus a appris de son Père et qu’il nous a fait connaître comme à des amis. Il vous reviendra alors, au titre de votre ministère, de faire connaître à d’autres ce que vous avez appris de lui afin qu’ils deviennent, eux aussi, ses amis. Vous le ferez d’autant mieux que vous grandirez dans cette amitié avec le Seigneur en étant quotidiennement des écoutants de sa Parole. C’est ainsi qu’en vous remettant l’Evangéliaire, je dirai à chacun de vous : « Soyez attentifs à croire à la Parole que vous lirez, à enseigner ce que vous aurez cru, à vivre ce que vous aurez enseigné ». Alors oui, vous ne serez pas serviteurs tels que peuvent l’être des esclaves ; vous serez amis du Seigneur, communiant par le cœur à sa volonté, vous donnant à lui parce que vous l’aimez et que vous êtes aimés de lui. Demeurez dans son amour !

 

<< Go back to list