Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

J’ai retrouvé le Christ en Chine !

Amaury, 21 ans, est parti un mois s’immerger dans une paroisse au nord de la Chine durant l’été 2104. Il a vécu auprès d’un prêtre chinois.
A son retour, il nous partage ses découvertes qui ne sont pas seulement touristiques mais bien spirituelles.

Par où commencer ? Tout est différend, et cette différence vous prend au cœur. Des enfants qui courent et vous accueillent avec de grands rires, la chaleur, la langue, un enchevêtrement de couleurs et d'odeurs, un paysage inconnu, une église fraîchement construite, un saut dans l'inconnu, dans un autre monde. Oui c'est ça. Tout est différend. Et mon regard tente désespérément de se rattacher à quelque chose que je connais. Je garderai longtemps le souvenir de cet accueil, au milieu des villageois qui m'observent, me scrutent, et s'exercent en vain à prononcer mon prénom. Je balbutie quelques mots de chinois, me présente rapidement et c'est parti pour la découverte des lieux. L’église du Père J., au centre du village, dans laquelle des religieuses font répéter des chants aux jeunes enfants, la cuisine, les salles de classes, la chambre du Père et son bureau dans lequel est disposé un lit à mon attention. Cette fois ça y est, j'y suis pour de bon et pour un mois, à des milliers de kilomètres de chez moi, et pas de chance internet ne fonctionne pas !


Il n'existe pas de journée type, ni planning, ni routine. Les expériences que je raconte ici ne sont pas les seules que j'ai vécues mais sans doute les plus marquantes. Je donnais quelques jours une à deux heures de cours d'anglais à quelques adolescents et je dois avouer que leur niveau d'anglais était proche du mien. Ils voulaient en apprendre toujours plus, sur la culture française, la manière dont on vivait, la place de l'Église en France, ect. Entre explications en chinois et anglais hésitant, j'étais content de les voir progresser surtout dans l'apprentissage plus difficile du Je vous salue Marie en français. Le Père J. m'a ensuite envoyé s'occuper de personnes âgées ou malades dans une maison de retraite tenue par huit sœurs. J'étais le premier étranger à entrer dans les lieux. Chargé de donner à manger aux personnes âgées et d'effectuer quelques tâches ménagères, je dois avouer que cela ne m'emballer pas. Et pourtant, c'est un bel équilibre de vie que j'ai découvert, entre la messe quotidienne, le service des plus faibles et les discussions emballées avec les personnes âgées sans oublier les interminables parties de ping-pong ! Finalement, c'est avec un petit pincement au cœur que j'ai du les quitter pour aller avec quelques villageois, visiter d'incroyables sites touristiques et monuments antiques.
Cette immersion en Chine m'a aussi fait grandir dans la foi. On comprend mieux l'universalité de l'Église en vivant avec d'autres chrétiens à l'autre bout du monde. Le message de l'Évangile est le même mais pourtant les lectures, si souvent entendues à la messe, prennent un sens nouveau, une autre dimension. J'avais l'impression de les découvrir. Je pensais que partir avec les MEP signifiait aller apporter le Christ, aller l'annoncer. Je me trompait. Je n'ai pas annoncé le Christ, je l'ai retrouvé. Je ne suis pas aller l'annoncer, c'est lui qui me précédait dans son Église de Chine.

 

Amaury