Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Père François Hemelsdael, prêtre au Cambodge

J’ouvre les yeux réveillé par une musique de fous. Je suis à Phoum Thmey, il est 4h du matin, la fête bouddhiste est au moins à 500m, mais j’ai l’impression que les baffles et le haut-parleur sont dans ma chambre...

J’enfonce mes bouchons anti-bruit et j’essaie de me rendormir. A 5h30, je me lève, prends ma douche et commence mon bréviaire, en musique. A 6h30, la messe, toujours en musique ! La messe terminée, les petits problèmes commencent : la nouvelle instit’ de notre école maternelle revendique une augmentation de salaire. Je serais prêt à accepter s’il n’y avait l’ancienne, qui, bien sûr, est jalouse. D’autre part, dans ce cas-là, pourquoi ne pas aussi augmenter ma femme de ménage qui travaille dix fois plus ? Bref, réunion prévue plus tard. En passant, je pique un bonbon à une gamine de l’école maternelle – ce qui, zut, la fait pleurer - et me bagarre pour rigoler avec les garçons. Nous nous amusons tellement que je me fais un tour de rein ! Je pars ensuite à Kompong Cham en emmenant un malade sur ma moto. Arrivé là-bas, cette fois-ci, c’est l’une des cuisinières qui demande à emprunter mille dollars pour rembourser une dette. Je commence ensuite mes traductions, travail studieux entrecoupé de trois-quatre coups de tél et autant de visites. J’accueille notamment aujourd’huiquelques jeunes étudiants d’Enfants du Mékong qui viennent donner des cours de soutien scolaire pendant l’été. Après le déjeuner, pris aujourd’hui avec les gamins (très vivants) de Vitamin for Kids, nous prions le Milieu du Jour avec le personnel. Je passe chez le médecin qui me fait une petite piqûre, ce qui fait que je n’ai plus mal au dos, mais aux fesses ! Puis départ pour l’un de mes villages pour des visites et préparer les activités mensuelles. Ce mois-ci, nous préparons une prière-débat genre Taizé sur le thème : “Qu’y a-t-il d’important dans la vie ?” car nous nous rendons compte de plus en plus que les jeunes ne recherchent qu’une seule chose : l’argent. Par exemple, la plupart veulent devenir médecin non pas forcément pour aider les gens, mais surtout pour devenir riches... et tous l’avouent sans complexe ! La journée se termine par la prière du soir, avec un partage autour de l’Evangile du jour...

L’an dernier en novembre, Mgr Olivier me demande de traduire le Catéchisme de l’Église Catholique, en vue de la préparation de “l’Année de la Foi”, qui s’ouvrira à l’initiative du Pape Benoît XVI en octobre 2012 : occasion de relire le Concile Vatican II (traduit par le Père Ponchaud) et le CEC. À vrai dire, cela me traînait dans la tête, mais j’hésitais un peu devant l’ampleur de la tâche ! J’ai donc saisi la balle au bond, et, sept cents pages et neuf mois plus tard, pari réussi : un véritable enfantement ! En tout cas, une belle expérience, à la fois intellectuelle, mais aussi spirituelle. Il y a notamment dans ce Catéchisme de très belles citations des Pères de l’Eglise... Bien sûr, ma traduction est ad experimentum, il faudra certainement y apporter quelques améliorations, corrections, précisions... Mais je ne suis pas mécontent de moi-même. Les jeunes chrétiens qui ont l’occasion de m’aider à corriger le texte m’avouent d’ailleurs que le CEC les aide à comprendre, et donc à nourrir et approfondir leur foi. De fait, si peu de livres sont en khmer qu’un tel travail n’est pas superflu. Dès le mois d’octobre, je serais peut-être chargé de l’enseigner aux futurs catéchistes du diocèse. Pour m’y aider, j’ai trouvé le “Mode d’emploi du Catéchisme pour adultes”, lequel donne des pistes très pédagogiques pour tous ceux qui souhaiteraient, seuls ou en groupe, travailler ledit Catéchisme. Il me sera facile de l’utiliser, en l’adaptant un peu pour mon public. Par exemple, débattre sur le mot “Église” en petits groupes, chacun disant ce qu’il en pense, décrivant l’Eglise sous forme de schémas, puis lire ensemble un texte biblique sur le sujet accompagné d’un commentaire du CEC. Puis rapport en grand groupe. Ce peut-être non seulement instructif, mais aussi ludique...

Depuis peut-être une année maintenant, me voici gérant de la plantation du diocèse. Celle-ci fait à peu près 15 hectares, dont 10 d’hévéas, 5 de manguiers, bananiers, etc... Nous espérons que ce sera à l’avenir l’une des sources de financement pour nos activités. Le Père Gérald, à l’origine de ce projet, ayant passé la main, Mgr Antony m’a demandé de le remplacer, moi qui, bien que petit-fils d’agriculteur, ne sais pas faire la différence entre une pomme de terre et une carotte ! Mais finalement, je me prends au jeu. Je commence à trouver cela intéressant, surtout que j’ai mis dans le coup tous les jeunes – et parfois adultes – de mes paroisses. Une fois par semaine environ, j’emmène de 10 à 30 jeunes, tous volontaires, pour m’aider à sarcler, biner, nettoyer, désherber, planter... Occasion pour moi d’économiser du personnel, occasion pour eux d’aider l’Église qui elle-même les aide à payer leurs cours privés. Le champ étant un peu loin, je prévois de construire peu à peu un petit centre de retraite : deux petites maisons (garçons-filles), une petite chapelle, et le tour est joué : Ora et Labora (prière et travail – St Benoît) ! J’aimerais profiter du lieu calme – il n’y a pas âme qui vive à la ronde – pour faire des mini-retraites de deux / trois jours et essayer de leur faire goûter au silence au dialogue intérieur avec le Seigneur ; chose qui n’est pas forcément évidente dans un pays et une culture toujours très bruyants.


À part ça, beaucoup de joie :

- Une petite communauté semble être en train de naître dans le village de Beung Bobor, non loin de Phoum Thmey, suite à quelques malades emmenés à l’hôpital par nos soins. Il s’agit d’une dizaine de femmes qui viennent  régulièrement au caté depuis bientôt un peu plus d’un an. Ce rendez- vous hebdomadaire est aussi l’occasion pour ces femmes de penser à autre chose que leur vie parfois difficile. Deux d’entre elles par exemple sont atteintes du Sida, contracté par leur mari. Parmi ces femmes, une jeune handicapée physique, voisine d’en face de l’endroit où nous nous réunissons. Les premières fois, je la voyais nous regarder de loin, n’osant pas se joindre à nous. Je suis allé la voir et l’ai invitée. Depuis, grâce à nous, elle apprend à lire / écrire, et se fait opérer pour son handicap. Et peut-être deviendra-t-elle chrétienne ? En tout cas, elle est déjà notre amie !

- Nous sommes en train d’appeler les futurs baptisés de l’an prochain à faire leur première étape, soit l’Entrée officielle en Église, dont la célébration aura lieu fin septembre. A Pâques 2013, peut-être aurons-nous une dizaine d’adultes pour mes trois paroisses, ce qui, compte tenu de tous nos efforts, est réconfortant. Je prends soin cependant de toujours discerner avec le Comité concerné, et de ne pas aller trop vite. Le passage du Bouddhisme au Christianisme est une véritable révolution mentale : nos chercheurs de Dieu doivent notamment apprendre à avoir une relation personnelle avec Lui, à dépendre entièrement de Lui, et non sur leurs propres forces, à entrer dans une nouvelle famille, l’Église, à aider les autres pour eux-mêmes, et non pour acquérir des mérites personnels, à pardonner... bref, éducateurs, nous nous rendons toujours davantage compte de la Beauté du Christianisme, de la Force de l’Evangile, et des merveilles de l’Action de l’Esprit-Saint dans le cœur des gens !

- Notre petit accueil de jours pour les enfants chiffonniers, Vitamin for Kids, se porte bien. La sortie de fin d’année est prévue pour bientôt : tenue de combat obligée ! Un petit film a d’ailleurs été réalisé par deux volontaires Mep que vous pourrez visionner sur notre site : www.mepasie.org. En parlant des volontaires, leur nombre se porte maintenant à plus d’une dizaine de jeunes très sympathiques, investis dans des domaines très divers tels que la santé, l’éducation, l’animation... et ce pour des durées allant de deux mois à deux ans. Si cela vous intéresse, vous pouvez aller voir sur le site des Mep (section volontariat).

Enfin, pour mieux connaître ma Mission, je vous propose de faire connaissance avec quelqu’uns de mes plus proches paroissiens... parmi tant d’autres !

D’abord Phat, responsable catéchiste de la communauté de Phum Thmey, que certains d’entre vous connaissent déjà. Phat est devenue chrétienne il y a maintenant une dizaine d’années, et malgré une santé fragile, due à une grave maladie osseuse, Phat est toujours debout, plus que jamais au service de la paroisse, en particulier des plus jeunes. Elle s’occupe aussi des parrainages en lien avec Enfants du Mékong.

Vient ensuite ma seconde mère, Om Song, toujours de Phum Thmey, qui s’occupe de moi comme son propre fils. Om Song a un sacré caractère et ne mâche pas ses mots. A cause de son franc-parler, on hésite parfois à lui confier des tâches en lien avec les gens... Mais c’est une femme formidable, entièrement dévouée, avec beaucoup de bon sens. Elle est aussi présidente du groupe de St Vincent de Paul.

Cheng Nay, quant à elle, est l’une de nos institutrices de l’école maternelle. Bien qu’elle ait fait sa première étape, elle n’est pas baptisée, n’étant pas encore pleinement décidée à devenir chrétienne. Il n’empêche qu’elle est l’une des plus actives, (toujours) de bonne humeur, et très accueillante.

Nueun, le fils de Om Song, est mariée à Bopha, ils ont trois enfants (il en manque un sur la photo...), dont le petit dernier est un vrai loustic. Il faut dire qu’il est formé à bonne école, puisque son père est responsable du centre des jeunes de Kompong Cham. Je ne connais personne de plus gentil que Nueun. Quant à Bopha, cuisinière du centre, elle est toujours elle aussi aux petits soins pour moi, me faisant des frites à chaque fois que je vais au centre...

Srey Houich a 21 ans, veut devenir religieuse, malgré l’avis de sa mère. Srey Houich est Le modèle par excellence, toujours prête à rendre service, extrêmement humble, un peu timide. Les sœurs lui ont demandé de reprendre l’école pour atteindre le niveau bac. Encore une ou deux années, et Srey Houich rentrera au noviciat. Prions
pour elle !

Quelques-unes de nos jeunes, dont Thivi, Srey Nech, Srey Loth, toutes encore au collège, mais qui chaque jour viennent à l’Église pour y prier. Des graines de petites saintes...et de sacrées danseuses !

Enfin, Adrien, est notre volontaire Enfants du Mékong. Adrien nous a particulièrement bien aidés tout au long de cette année pour gérer les parrainages. Plus que cela, il a vraiment été un modèle pour tous les jeunes d’ici. Nous lui souhaitons bonne route, et bienvenue à son remplaçant ! Adrien a également un frère qui sera ordonné diacre au titre des Mep le 22 septembre.

Quant à moi, comme toujours, et de plus en plus, je suis le plus heureux des hommes, et je souhaite à chacun de l’être autant que moi ! Pour cela, un tuyau : tournez-vous vers le Seigneur, et faites-lui toujours confiance ! Enfin, je pense bien sûr à chacun et chacune d’entre vous, particulièrement tous ceux qui passent des moments difficiles. Sachez que vous êtes dans mes prières et mes Eucharisties. En Christ,

 

François, Mep