Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Lettre du père Paul Billaud

       Chers amis,

 

       Ce petit mot était censé vous rejoindre au milieu des fêtes de Noël et du Nouvel An, fêtes religieuses pour les uns, empreintes de la Paix et de l'Amour que nous sommes invités à vivre et partager, festivités profanes ou "mondaines" pour les autres, pour tous dans la joie d'agapes amicales et fraternelles. Moments où les liens de famille et d'amitié se renouvellent et se resserrent, faisant fi de la distance et de l'éloignement géographique, même si, avec Internet et consorts, la distance n'est plus ce qu'elle était. Mais voilà: Noël 2009 est déjà du passé et l'année 2010 déjà bien entamée!

       MEILLEURS VŒUX DE BONNE ANNÉE À TOU(TE)S.

       Je vous souhaite autant d'amour à donner qu'à recevoir. C'est peut-être ça qui nous manque par les temps qui courent, à l'époque du "chacun pour soi" et du "Dieu pour personne". C'est vrai que les vœux, ça ne coûte pas cher, et, un peu comme les compliments, on n'y croit pas beaucoup, mais ça fait toujours plaisir. Les miens sont pourtant très sincères, si, si… je vous assure, et en plus, vous pouvez les accorder à votre situation particulière…

       Quelques nouvelles:

       L'Indonésie a tremblé: Padang (Sumatra centre ouest) cet été, avec ses trop nombreux dégâts et victimes. Ce n'est pas la porte à côté du Lampung, mais celui-ci est sur la liste des prochains séismes, on souhaite simplement qu'il soit tout en bas de la liste.

       L'Indonésie tremble encore, mais politiquement… Les présidentielles se sont déroulées comme prévu, sans incident notable, et, comme prévu aussi, notre président, SBY (Susilo Bambang Yudhoyono) a été réélu, et même très confortablement. Là où ça tremble, ce sont les "affaires" de corruption avec un match impitoyable entre la Commission anti-corruption (les "margouillats" – petits lézards des maisons) et ceux (les "crocodiles") qui sont dans leur collimateur, sur fond de faillite de banques, malgré les milliards (on ne compte plus les zéros) engloutis pour les remettre sur pied. Le président semble manquer de fermeté en l'occurrence. Est-il mouillé? Sans doute, mais y en a-t-il qui ne le soient pas? En tout cas, les membres de la Commission anti-corruption sont accusés de… corruption… C'est à qui criera le plus fort "Au voleur"! Un feuilleton à suspense, sauf que ce n'est pas de la fiction, et que les milliards ainsi évaporés (pas pour tout le monde!) auraient été plus utiles au commun des mortels.

       On ne parle plus guère de Situbondo, ce site à l'est de Java englouti par des éruptions de boues chaudes, consécutives à ce qui semble bien être une mauvaise manip de la société indonésienne en charge des forages. Depuis bientôt 4 ans que cela dure, les gens sur place attendent toujours une indemnisation un tant soit peu correcte. Le patron de la société, un ministre important et patron du Golkar (parti de Suharto, naguère) invoque la fatalité… et préfère arroser les circonscriptions qui pourront rapporter des voix aux prochaines élections.

       En ce qui me concerne, ma chute de moto en avril dernier, avec une clavicule en 2 morceaux, est un lointain souvenir, et depuis quelques mois le 4x4 et la moto sont redevenues mes deux montures habituelles. Je continue à loger à la cathédrale pour encore quelques semaines: un nouveau presbytère est en cours d'achèvement à Hanura, le premier village que je dessers à une demi-heure de route d'ici. Cela me vaut des allers-retours quotidiens pour voir de près l'évolution du chantier, et éventuellement procéder à quelques modifications de dernière heure. J'espère pouvoir y emménager en mars… Il y a de la place… Si vous avez l'occasion de passer par là, vous y serez les bienvenus. Une ancienne maison, entièrement retapée, accueillera une famille, qui veillera à l'entretien des lieux, et assurera une présence, lorsque je ne serai pas là. J'avoue que j'ai hâte d'y être. Cela me permettra d'être davantage présent dans les 6 villages où je vais régulièrement 2 fois par mois depuis 3 ans.

       J'aimerais m'investir un peu plus dans ces villages, entre autres pousser à faire de l'agriculture bio, et développer coopératives et micro-crédits. En particulier au niveau des producteurs de cacao, où c'est un peu le chacun pour soi. Cela est encore à l'état de projet, et il va falloir des rencontres et des discussions nombreuses pour que ça prenne un peu forme.

       Je continue donc à circuler dans tout ce secteur, celui de la partie orientale de la pointe centrale de Sumatra, et donc la côte ouest de la baie du Lampung. Allez voir sur Google Earth: c'est comme si vous y étiez. Un secteur super chouette, et que je n'ai pas fini de découvrir. Au bout de la pointe de Sumatra on arrive sur la baie de Semaka (Semangka): de toute beauté, avec des bancs de dauphins pas très loin de la côte. Il existe un embryon d'écotourisme: pour le moment, l'accès par terre n'est pas de tout repos: des routes (pistes) à peine correctes pendant les quelques mois qui suivent leur réparation hâtive, puis franchement pas bonnes… En voyant les choses du bon côté, cela permet de conserver une certaine souplesse du bassin… dans le cas contraire, à chaque secousse c'est un bassin de "ouille"! (pas très fort, j'en conviens…)

       Il est question d'en faire une zone touristique. Pour le moment, la concurrence vient des sociétés qui visent à "coloniser" les bords de mer pour en faires des élevages de crevettes. Le seul Lampung assurerait 20 % de la production totale de crevettes d'Indonésie, avec 180 000 ha de parcs.

 

       Je n'ai pu aller dernièrement à Aceh, mais je continue à faire suivre les dons de quelques-uns d'entre pour la scolarisation de Ummul et Izal. Je me promets d'y aller prochainement et je vous tiendrai au courant de façon plus précise.

       A l'heure actuelle, notre groupe MEP se résume, sur place, à Jo Gourdon et moi-même, puisque Jean Moriceau remet son cœur en état en France et attend impatiemment le feu vert de ses médecins pour reprendre l'avion, Vincent étant en congé et repos deux semaines encore, et Henri ayant décidé de rentrer en France, à la fois pour raison de santé et pour laisser la main libre aux prêtres de la paroisse. Jean-François Meuriot est à Paris pour sa thèse de doctorat en sociologie. Mais notre groupe s'enrichit de l'arrivée d'Emmanuel Danjoux, ordonné prêtre en décembre 2006. Il vient de commencer l'étude de l'indonésien à Yogyakarta, tout en espérant obtenir un permis de séjour longue durée.

       S'il n'y a pas d'empêchements (selon la formulation indonésienne) je viendrai en congé fin mai début juin, avec Jo Gourdon, pour 3 mois. Je vous retrouverai tous avec joie.

       Merci pour les vœux déjà reçus des uns ou des autres.

       Je vous embrasse et vous dis à bientôt.

                                                                                           Paul