Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

MISSION en ASIE : convertir ou se convertir, par Michel Connan, père MEP au Japon

Envoyé en mission au Japon. Ambition de « convertir » de nombreux « païens » et rapidement. 50 ans après, le nombre de baptêmes administrés est fort loin de mes rêves ! Par contre, que de richesses humaines et spirituelles partagées ! Les Japonais, par la profondeur de leurs traditions sociales, très imprégnées de la pensée confucéenne, ont enrichi mon regard de chrétien français, trop étroitement enfermé dans ses convictions occidentales. Un exemple, qui m’a beaucoup frappé.

Une Japonaise, baptisée à l’âge adulte, m’apprit à lire le catéchisme local (dure épreuve pour un débutant en langue japonaise !). Un jour elle me fit part du cheminement de sa pensée. Fidèle aux traditions familiales – me dit elle— j’aurais tout fait pour aider un blessé découvert sur ma route, mais uniquement pour une personne faisant partie de mes relations sociales . Sinon, je serais passée sans accorder aucune assistance, afin d’éviter le risque d’intervenir peut-être dans son destin, son karma. Mais, ajoutait elle, depuis ma découverte de l’amour du Cœur du Christ et de ses attentes, maintenant je m’arrêterais pour porter secours à toute personne inconnue, car le Christ me presse d’aimer, comme Lui. Son mari, plus réticent, participa tous les matins à la Messe paroissiale pendant 14 ans, avant d’accepter la grâce de la conversion baptismale. Les deux époux sont devenus des témoins joyeux de l’Evangile !


Oui l’Esprit Saint nous précède et, sans négliger nos efforts personnels d’inculturation pour mieux servir la Mission, sachons discerner cette action de l’Esprit dans les cœurs. On y découvre les fruits de son long cheminement dans la vie des « bons païens » … et il ne nous reste plus qu’à nous émerveiller de ces « conversions » !
Si tu as envie de donner ta vie pour l’Asie, n’hésite pas à y répondre positivement. La joie d’être évangélisé par les « païens » n’a d’égale que la joie de leur partager ce que tu as de meilleur dans ton cœur de chrétien. Je l’affirme avec reconnaissance !