Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Des nouvelles du père Alazard, père MEP à Madagascar

Chers Parents et Amis, ce n’est plus l’entête de la mission d’Ambalakirajy, mais celle de la paroisse de la « Sainte Famille » à Mandritsara. En effet, j’ai quitté la Mission d’Ambalakirajy le soir de Noël. La passation avait eu lieu début novembre avec les pères de la Salette, originaires d’Antsirabe. Ils ont pris en charge la Mission après avoir visité avec moi les principales communautés qui la constituent.

Cette Mission avait été officiellement inaugurée le 11 septembre 2011, mais existait effectivement depuis les années 2004. C’est à cette date que l’église avait été construite. Le presbytère avait suivi en 2008, l’école St Paul fut terminée en 2012 avec la maison des sœurs salésiennes, dont elles sont responsables. L’école St François d’Assise prend forme progressivement à Andohajango à 25 kms au sud, alors qu’église et presbytère sont terminés depuis 2012. Il reste beaucoup à faire, mais à 77 ans il faut reconnaître ses limites et les assumer. Les P. Patrick et Emile sont jeunes et motivés c’est en toute confiance et tranquillité d’esprit et de cœur que je passe le manche.

En fait, les pères salettains avaient eu un coup de cœur pour cette mission il y a de cela quatre ans, mais à l’époque, en dehors de l’église, du presbytère et d’un embryon d’écoleet d’organisation pastorale il n’y avait pas grand-chose. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Outre l’organisation du catéchuménat, l’animation des diverses associations et les actions pour le développement, il y a une structure, encore nouvelle dans la partie nord de Madagascar et que j’avais appréciée au temps, où j’étais dans le diocèse de Mananjary. Il s’agit de ce que nous appelons « les fiakarana ». Tous les premiers dimanches du mois, les chrétiens, et c’est obligatoire pour la formation des catéchumènes, « montent » dans une des 5 ou 6 communautés, qui constituent un secteur ou inspection, pour prier ensemble et suivre des formations sous la direction de celui que nous nommons « l’inspecteur ». Il y a actuellement cinq inspections pour l’ensemble de la mission. Le prêtre essaye d’être présent à ces « fiakarana » car c’est là que les petites communautés naissent, grandissent, se développent et se responsabilisent. Me revoilà donc un peu rendu à la case départ, après douze ans de présence effective à Mandritsara et cinq ans à Ambalakirajy. Il s’agit pour moi de mettre en route une deuxième paroisse à deux kilomètres à l’est de l’actuelle paroisse Ste Thérèse, fondée dans les années cinquante par les missionnaires spiritains. Avec l’aide de Serginot, séminariste en stage, je vais d’abord visiter les trois quartiers sur les neuf que compte la ville, pour mobiliser les chrétiens et tous les gens de bonne volonté, en vue de la construction spirituelle et matérielle de cette paroisse placée sous le vocable de la « Sainte Famille ». C’est en effet l’année consacrée à la famille. La construction de l’église débutera en mai, après la saison des pluies. Les plans ont été réalisés par Delphine, jeunes volontaire MEP architecte. C’est lors de la tournée pascale 2013 sur la mission d’Ambalakirajy, où elle a marché sac au dos, que l’idée avait germé.

Soamanasina. C’est le nom d’une grand’mère qui habite à deux pas du terrain, où sera construite l’église de la Ste Famille. Son nom signifie « faire hommage du bon ». Depuis des années elle loge sous les ruines d’une case écroulée. C’était sa maison construite du vivant de son mari. Celui-ci a vendu le terrain et est décédé quelque temps après. Le nouveau propriétaire ne peut pas décemment la chasser. Elle habite un taudis et reçoit toutes les semaines son riz de la Caritas paroissiale. Depuis le 31 décembre 2014, elle habite une case construite par la Caritas et n’arrête pas d’exprimer sa joie. C’est un peu la grotte de Bethléem pour tout le quartier et un signe de bénédiction pour nous qui entreprenons de construire l’église de la Ste Famille.

A ce propos, je cherche deux belles icônes de 50/30 cm pour la chapelle du Saint Sacrement, qui sera utilisée pour la messe quotidienne. L’une représentant la Sainte Famille et l’autre la Trinité de Roublev. Pareillement, une porte de tabernacle encadrant la scène, où les disciples d’Emmaüs reconnaissent le Christ à la fraction du pain. Porte vitrée éclairée de l’intérieur. Au nouvel an, on peut rêver de belles choses ! Cela entretient l’espérance, çà donne du courage et çà peut être très utile!

Je remercie tous ceux qui m’ont écrit ou envoyé des SMS pour Noël ou le nouvel an. Ce sont des liens et des signes d’amitiés très précieux pour la route. Seul le Christ est le chemin, la vérité et la vie, mais il a besoin de chacun de nous pour le vivre, le proclamer et le partager. Je n’oublie pas toutes les associations, qui participent à la vie de la Mission. Je sais que vous êtes nombreux à vous investir personnellement et en groupes pour participer et apporter votre brique à l’édifice commun. Je pense à Rouergue-Androna, AGIR, Amitié et Partage, les paroisses de StGeniez d’Olt, Sévérac le Château, le Diocèse de Rodez…

Meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2015. Que le Seigneur vous bénisse, vous garde en sa grâce et vous renouvelle par sa miséricorde. Je souhaite que chacun de vous fasse l’expérience de la Compassion dans sa vie. C’est elle le salut du monde ! Jésus est Compassion !

Je vous embrasse.

P. Albert Alazard mep Mandritsara le 1 Janvier 2015.