Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Les voeux d'Etienne Frecon pour l'année 2015

Chers amis, à ma droite une tasse de café noir et les yeux rivés sur l’écran, j’essaie d’écrire, après plusieurs tentatives, cette missive de souhaits de bonne année. Dans le brouhaha de Taipei et de ses immeubles noircis par la pollution, les cafés sont des petits havres de paix. La créativité taïwanaise se dit probablement plus à l’intérieur qu’à l’extérieur ! C’est dans des petites allées ne payant pas de mine que l’on découvre ces lieux où se côtoient les couples d’étudiants essayant, tout en travaillant, de se
témoigner de leur amour naissant, des hommes et femmes d’affaires venant parler business ainsi que ceux venus chercher un peu de calme pour mener à bien ce que le quotidien nous empêche de réaliser.

Rentrer chez moi, c’est replonger dans la mission, dans la paroisse, dans l’apprentissage du chinois et dans les mille et une tâches de la vie quotidienne. Alors, je profite de ce temps d’arrêt pour essayer de vous emmener découvrir les routes de Taïwan et de la mission.



La mission commence au café ! L’amertume du café donne un écho parfait de ces heures que j’ai passées à écumer mes livres de chinois, à essayer de lire des livres d’enfants, à déchiffrer les articles de journaux, à reprendre les textes étudiés en cours, à échanger avec des amis pour qu’enfin, le jeu de piste au départ très énigmatique et commencé il y a maintenant un peu plus deux ans, commence à prendre un véritable sens.
Si le point de départ est le café, il n’est pas le point d’aboutissement et encore moins le point final. De ces cafés au décorum à mi-chemin entre l’orient et l’occident, je retourne à chaque fois dans la vie taïwanaise dans le quartier de Zhonghe, banlieue sud de Taipei. Je suis maintenant dans cette paroisse depuis presqu’un an. Immersion pleine et entière dans le monde taïwanais traditionnel ! Il n’y a pas grand chose de reluisant à Zhonghe, mais petit à petit je fais mon trou dans ce quartier et commence à connaître les commerçants, les étudiants qui travaillent dans les 7/11 (institution à Taïwan) 1 , les restaurants et les lieux où il fait bon vivre... La paroisse2 se trouve au milieu d’une zone résidentielle et elle est plus connue pour son jardin d’enfants, que pour être un signe de la lumière de Dieu et un oasis, où l’homme fatigué par le poids de la route du quotidien pourrait venir se reposer et s’abreuver. Les travaux qui ont été faits cette
année auront aussi pour effet de donner plus de visibilité à ce bloc carré qui par certains aspects fait plus penser à un bâtiment religieux chinois.




Dans cette paroisse, seul « ami étranger » à la ronde, je fais l’expérience de cette bizarre étrangeté qui me colle à la peau. Je suis différent... Je fait l’expérience de l’étranger. Est étranger, celui qui est du dehors, de l’extérieur et qui n’appartient pas au groupe, à la famille. Je n’ai pas été mal accueilli, mais en raison de ma manière de faire peu habituelle, de mon mode de pensée, de mes sujets de discussion, de mon histoire, je suis étrange. Les sourires, les attitudes sans être malveillantes m’ont fait comprendre bien souvent cette place dont on voudrait s’extraire, mais qui reste la mienne et qui le demeurera encore longtemps ! Être missionnaire, ce n’est pas d’abord apprendre la langue pour pouvoir parler de Dieu mais bien apprendre à habiter cette place, cette terre autre, ces cultures marquées de religions et de traditions philosophiques différentes (nous les chinois on dit comme ça...tu comprends hein !), ces cuisines différentes, ces habitudes et ces conversations qui sont si empreintes d’une culture aux extrémités de la mienne... Dans cette expérience, l’Evangile n’est pas absent, car chercher à habiter la terre de l’autre fait prendre conscience combien Il est une Parole étrange, nous faisant prendre conscience de l’écart entre nos vies réelles et la Parole évangélique.



 

Alors cette terre intérieure et extérieure, je la laboure, je la visite, j’essaye d’en appréhender les contours extérieurs en la visitant : le vélo a été pour moi un moyen de transport approprié pour en faire le tour et découvrir tous les petits trésors dont recèle Formose ; mais aussi intérieur en apprenant à écouter les histoires d’hommes et de femmes qui, comme chacun d’entre nous, sont confrontés aux aléas de l’histoire, aux rencontres, à la faiblesse humaine et à l’exposition difficile au regard de l’autre et de l’Amour ! Rencontrer les personnes qui viennent à la paroisse, écouter mes professeurs, accueillir les amis que le ciel m’envoie me permet, petit à petit, d’oser la rencontre, d’oser dire la Parole qui je l’espère, rejoint chaque jour de plus en plus celui à qui elle s’adresse. C’est probablement, l’expérience la plus profonde que l’on
peut faire comme missionnaire !

 

Ma vie de missionnaire étudiant va encore se prolonger encore quelques mois puisqu’au mois de juin j’aurais officiellement terminé mes trois années d’apprentissage du chinois. L’étude de cette langue sera passée par bien des phases différentes et 2015 promet de lui donner encore une couleur nouvelle par les cours à l’institut des religions de l’université catholique de Fujen, mais aussi par l’insertion de plus en plus importante que j’ai sur la paroisse. L’accompagnement du groupe biblique, la prière mensuelle de Taizé, les rencontres avec les jeunes, la célébration des sacrements et les camps de jeunes viendront pimenter ces journées d’études dans les cafés de Taipei !
 

Le café est terminé et mon entreprise menée à bien, alors termine en vous souhaitant tous mes vœux pour cette nouvelle année 2015. Les téléphones, les mails et le contact régulier ne sont pas ceux dans quoi j’excelle, mais je tiens à vous dire que vos visages et vos vies, les idées que nous avons partagées, les rêves que nous avons imaginés continuent de peupler ma vie et m’aide à vivre l’annonce qu’aujourd’hui, pour nous tous, de l’orient à l’occident, Dieu est présent et se fait porte d’espérance.
Etienne, mep

 

1 http://fr.wikipedia.org/wiki/7-Eleven

2 http://www.mogcch.org.tw/index.php