Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

LE BON DIEU M’A TOUJOURS FAIT DESIRER CE QU’IL VOULAIT ME DONNER

En cette fin d'année au foyer vocation, suite à ma demande pour entrer au séminaire, j'apprends par téléphone que je suis admis.
Je vis alors l'instant avec Qui je suis: au restaurant avec des prostituées pour lesquelles j'avais organisé des activités au cours de l'année.

L'une d'entre elles, avec qui j'ai tissé des liens d'amitié en parlant de nos amours communes: Lourdes et le vin rouge, se met à crier de son plus pur accent (un bon garçon comme lui... on lui donnerait sa dernière chemise... ce n'est pas possible... tu peux faire tellement de choses de ta vie... qu'est ce que tu vas devenir... ), elle n'est pas colère, mais sincèrement choquée, elle exprime son inquiétude.
Je ris de la voir telle une mère. Je réalise que ses questions se rapprochent de celles que je me posais un an plus tôt. Fort des clefs que m'a donné cette année: les choses sont claires dans ma tête. Je la rassure, témoigne ma joie, lui explique la liberté de ce choix, lequel me rend encore plus proche d'elle. Reprenant confiance et fierté, elle me donne assez solennellement sa bénédiction pour la suite, quoiqu'il advienne.

Cette année a participé de rencontres avec des gens pour lesquels j'aurais cru ne rien ou tant avoir en commun (les prêtres, les séminaristes, les paroissiens, ceux avec qui j'ai partagé l'année au foyer, ceux du quartier, tant que toi qui est en train de lire ces lignes), puisque nous sommes tous chéris de Dieu, que nous avons tous soif de Lui, et qu'il est donc -il me semble- bon de prendre le temps de boire, quelque soit la route que nous décidons de suivre.

"Le bon Dieu m'a toujours fait désirer ce qu'il voulait me donner" explique Sainte Thérèse de Lisieux dans ses derniers entretiens.

Geoffroy