Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 


 
Document Actions

Action de grâce pour ma vocation

Prière d'un séminariste MEP devant le Saint-Sacrement.

Seigneur,

Ce soir je me mets devant Toi et je veux te rendre grâce.
Je sais que Tu es là, dans cette eucharistie. Toi qui es si grand, au point de Te rendre si faible, si petit, si dépendant de nous.
Je me mets devant Toi, ce soir, Seigneur, pour Te dire merci. Pour te dire que je T'aime et que je Te remercie de ma vie : Je Te remercie de m'avoir appelé à Te suivre de manière radicale. Je Te remercie d'être au séminaire. Je te remercie d'appendre chaque jour à Te connaître d'avantage, pour T'aimer toujours plus et par là, connaître un plus grand bonheur.


Je Te remercie, Seigneur, pour ce week-end de l'hiver 2004 où notre rencontre a changé ma vie. J'étais heureux, certes, avant ce week-end là, mais d'un bonheur médiocre, commun : ça marchait bien dans mes études au lycée, je préparais mon bac sans trop de soucis, j'avais une famille, des amis, une vie confortable, de l'ambition professionnelle. C'était bien, mais c'était banal, et je n'y trouvais pas assez de sens.
Et puis, ce week-end de l'hiver 2004, je T'ai rencontré au travers de la joie et du sourire de moines. Des hommes ne possédant rien d'autre que Toi, qui ont tout quitté pour Te suivre. La joie et la paix qui transpiraient sur leurs visages, qui les transfigurait, même, m'ont bouleversé : J'ai compris, là, en un week-end, où était la vraie joie, le bonheur complet, la plénitude de la paix : C'est en vivant avec Toi, en cherchant à Te connaître toujours plus, et en T'aimant. Et en un week-end, Seigneur, Tu m'as pris mon cœur. Ou, peut-être, plutôt, Te l'ai-je donné pour ma plus grande joie.

Après, il m'a fallu du temps pour savoir comment Te suivre. Si j'ai vite compris que le vrai bonheur était dans une vie donnée, en intimité avec Toi, savoir comment cela devait se traduire concrètement a mis plus de temps : M'appellais-Tu Seigneur à me donner complètement à celle qui aurait pu être ma femme ? M'appellais-Tu à vivre en vrai chrétien dans un métier où beaucoup sont plutôt des requins ? M'appelais-Tu à servir les plus pauvres et à me faire moi-même pauvre pour montrer que Toi seul suffit ?
Il m'a fallu du temps, Seigneur, pour comprendre quel était le chemin de bonheur que Tu me proposais. Tu mets devant nous plusieurs chemins qui sont bons. Mais un seul est l'autoroute !

Je Te rend grâce, Seigneur, après les années qu'il m'a fallu pour Te répondre : Je crois, Seigneur, que Tu m'appelles à me consacrer entièrement à Toi dans le célibat : Je crois qu'en me donnant à Toi, en te donnant même mon corps et en demeurant dans la joie, je pourrai être le signe que Tu combles une vie : Oui, Seigneur, en n'ayant que Toi, on a tout quand même, on ne manque de rien.

Je Te rend grâce, Seigneur, parce que je crois que Tu m'appelles à Te servir dans le sacerdoce. A Te servir et à Te donner à tous les hommes. Qui, Seigneur, pourrait T'adorer ce soir, si un prêtre ne T'avait fait descendre dans cette eucharistie ? Qui pourrait recevoir Ton pardon, chose inouïe et tellement immense, s'il n'y avait des prêtres pour le donner ? Quelle joie d'être prêtre, cet ostensoir de chair ! Le prêtre nous montre qui Tu es, il nous donne à Toi et il Te donne à nous. Oui, Seigneur, quelle grande et belle chose que d'être prêtre !

Je Te rends grâce, Seigneur, parce que Tu me demandes d'annoncer Ton amour, Tu me demandes d'annoncer que Tu donnes un sens à notre vie, d'annoncer que chaque homme possède une dignité immense du seul fait d'être un homme.
Seigneur, en même temps que je Te rend grâce, je Te confie tous les hommes de la terre qui ne Te connaissent pas. Ces milliards d'hommes qui ne Te connaissent pas encore. Je Te confie tous les hommes qui pensent vivre sans Toi : que se lèvent des témoins qui montrent combien ils passent à coté de quelque chose de grand ! Des armées de témoins pour mettre le feu de Ton amour dans le monde ! Je Te confie tous les hommes qui se trompent à Ton sujet, qui Te croient plein de haine ou indifférent à leur sort : que se lèvent des témoins de Ton amour et de Ta miséricorde ! Que prennent leurs responsabilités ceux qui Te connaissent, pour que d'autres aient la même joie !

Je Te rends grâce, Seigneur, pour tous ceux qui T'ont trouvé et Te suivent : mes frères séminaristes, les prêtres du monde entier, les consacrés, tous ceux qui témoignent qu'en se donnant à Toi ils ont le cœur comblé. Tous ceux qui ont une vocation contemplative et qui nous montrent par là qu'ils vivent de l'essentiel, c'est-à-dire en relation avec Toi. Et en même temps que je Te rends grâce pour tous ces gens là, je Te confie tous ceux qui te cherchent tous ceux qui veulent Te suivre mais ne savent pas comment, tous ceux qui hésitent, qui n'osent pas prendre le risque du grand bonheur. Seigneur, qu'ils osent ! Qu'ils osent ! Qu'ils sachent prendre le risque, qu'ils comprennent qu'avec Toi ils n'ont rien à perdre et tout à gagner.

Seigneur, que Tu es grand.
Seigneur, je T'aime.

Un séminariste MEP