Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Prêtres et missionnaires Prêtres et missionnaires
 
Document Actions

Homélie Messe d’envoi du Père Camille Rio – 20 octobre 2013 – chapelle des MEP

Cher Camille, chers frères et sœurs, chers confrères,
Les lectures de cette messe d’envoi nous rappellent la force de la prière qui nous accompagne sur les chemins de la vie, de la mission, la force de la Parole de Dieu.

La force de la prière
Exode 17, 8-13 :

Les Amalécites, tribus du désert du Négev, adversaires du peuple élu le combattent dans le désert – Moïse dit à Josué « Choisis des hommes et va combattre les Amalécites ». Le récit se concentre sur la relation entre le peuple et son Dieu à l’occasion de cette bataille, c’est bien sûr comme tout combat l’épreuve des armes, mais surtout l’épreuve de la foi !

Moïse, Aaron et Hour sont au sommet de la colline pendant que le peuple se bat sous la direction de Josué dans la plaine. Josué se bat, Moïse prie les mains levées vers le ciel, le combattant et le priant se complètent ! Récemment nous l’avons lu dans la lettre à Timothée, Paul disait : « Je recommande que partout les hommes prient les mains levées vers le ciel… ». Nous aussi sommes invités à la prière sans laquelle nous ne sommes plus rien, sans laquelle nous ne sommes plus des hommes de Dieu !
Il arrive que le priant n’ait plus la force de lever les mains vers le ciel, c’est alors la mission des frères dans la foi, de la communauté de le soutenir ! C’est le rôle de ceux qui soutiennent les bras de Moïse, c’est la mission du groupe Mep qui t’accueillera, Cher Camille, de t’accueillir, de te soutenir par la prière, par l’esprit confraternel, la transmission et le partage de l’expérience missionnaire.

La prière Pour t’accompagner dans ton cheminement missionnaire
Le psaume 120 est très parlant pour toi.
Psaume des montées à Jérusalem, composé pour accompagner les pèlerins pendant leur marche à Jérusalem, leur montée vers les hauteurs au plan du relief, montée au plan spirituel. Le pèlerin peut dire « je lève les yeux vers le Seigneur, d’où le secours me viendra-t-il », mais le chemin vers Jérusalem est semé d’embûches, ce ne sont pas les chemins d’aujourd’hui, ce sont les chemins sur lesquels le bon samaritain porte secours à un homme roué de coups par des bandits.
Un autre danger que nous imaginons mal ici mais que tu découvriras en Thaïlande, c’est le soleil pendant le jour, la marche quand il fait chaud ou quand il pleut.. « Le Seigneur ton gardien, ton ombrage se tient près de toi, le soleil pendant le jour ne pourra te frapper, ni la lune durant la nuit ». Soleil, humidité, moustiques, palu…Tous ces dangers, il faudra les affronter à l’aller comme au retour rappelle le psalmiste avec cette certitude que procure la foi « Le secours me vient du Seigneur qui a fait le ciel et la terre ». Le psalmiste vient raffermir notre foi aujourd’hui comme hier celle des pèlerins qui se rendaient à Jérusalem et qui parfois doutaient « Je lève les yeux vers les montagnes, d’où le secours me viendra-t-il ? », IL vient affermir ta foi de missionnaire qui sera éprouvé aussi par le côté physique de la mission.


Dans l’évangile (Luc 18,1-8) Jésus est sur le chemin de Jérusalem, les disciples pressentent le dénouement tragique qui se prépare, ils lui ont déjà demandé « Augmente en nous la foi ! ». On est dans une ambiance de fin du monde, Jésus a longuement parlé de la venue du Fils de l’Homme (Celui qu’on attend pour la fin du monde, livre de Daniel). Pourquoi alors Jésus raconte-t-il l’histoire d’une veuve qui poursuit un juge inique de ses réclamations jusqu’à ce qu’elle obtienne satisfaction ? Jésus nous la donne en exemple :
- pour son humilité (elle est dans le besoin, elle reconnaît sa pauvreté)
- pour sa persévérance et nous pouvons faire le rapprochement avec la première lecture de ce dimanche : Moïse prie soutenu par ses aides jusqu’au coucher du soleil !

Comme les premiers chrétiens, la petite communauté chrétienne de Thaïlande et la plus petite encore communauté des Karens sont affrontées à des difficultés, sont parfois méprisées parce que ces chrétiens sont vus par certains comme des sauvages, des montagnards, des ignorants ! Les textes de ce jour nous rappellent qu’il ne faut jamais baisser les bras. La foi sera toujours un combat jusqu’à notre dernier souffle ! N’écoute pas, Cher Camille les oiseaux de malheur qui te diront « qu’est-ce que tu viens faire ici ? ». N’écoute pas les maîtres du soupçon et si tu es parfois aussi démuni que cette pauvre veuve, sois aussi obstiné qu’elle le fût !


La Force de la Parole de Dieu
2 Timothée 3,14-4,2
Dimanche dernier la lettre à Timothée nous donnait de lire un hymne en l’honneur du Christ, aujourd’hui, c’est un hymne en l’honneur de l’Ecriture, ce que Paul appelle l’Ecriture, c’est-à-dire l’Ancien Testament. Dans ces lettres à Timothée, nous devinons un conflit dans la communauté d’Ephèse et c’est à cause de ce conflit que Paul avait demandé à Timothée de rester à Ephèse. L’invitation de Paul au début de cette lettre « Fils bien aimé tu dois en rester à ce qu’on t’a enseigné » nous indique que d’autres ne sont pas restés fidèles à l’enseignement reçu et conduisent leurs frères dans l’erreur !

Nous pouvons retenir de cette lettre :
- 1) qu’il faut se ressourcer dans l’écriture
(au sens de demeurer dans ce qu’on a appris. Nous ne possédons pas la foi, c’est un lieu vital, une demeure au sens où St-Jean l’entend)
- 2) qu’il faut proclamer la Parole
- 3) que cette proclamation doit se faire dans le souci d’édifier la communauté.

N’est-ce-pas la mission qui t’attend en Thaïlande, Camille ? Transmettre la foi à cette population (99,5%) qui ne connaît pas le Christ !

Timothée, comme toi, a reçu la Parole, il ne l’a pas découverte tout seul, elle lui a été transmise « depuis ton plus jeune âge tu connais les textes sacrés » lui écrit Paul. La Parole lui fut transmise par sa mère qui était juive et s’est convertie au christianisme. Paul lui adresse cette invitation : « Proclame la Parole, interviens à temps et à contre temps ». Nous retrouvons le thème de la transmission de la foi cher à Paul. L’apôtre est un envoyé au service d’une Parole, nous sommes les maillons d’une chaîne. Un peu plus haut dans cette lettre, Paul dit à Timothée « Ce que tu as appris de moi en présence de nombreux témoins, confie le à des hommes fidèles qui seront eux-mêmes capables de l’enseigner encore à d’autres (2 Tm 2,2) ». C’est important, c’est vital ! Pourquoi ? Parce que grâce à l’Ecriture « l’homme de Dieu sera bien armé et la Parole a le pouvoir de communiquer la sagesse ». L’Ecriture et la tradition, voilà l’équipement du chrétien ! Tu es toi-même le successeur des confrères qui t’ont précédé au Siam comme on disait autrefois et parmi eux, l’un de nos principaux fondateurs : Pierre Lambert de la Motte, alors, Camille va et transmets ce trésor que tu as reçu !

Pour transmettre, il faut oser proclamer la Parole et dans la première lettre aux Corinthiens, Paul dit « Annoncer l’évangile est une nécessité qui s’impose à moi : malheur à moi si je n’annonce pas l’évangile ». Pour cela, il faut être courageux, car il faut réfuter non seulement les contradicteurs mais aussi ceux qui sont blasés ». Interviens à temps, à contre temps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage avec une grande patience ». C’est une belle leçon de catéchèse que Paul nous donne dans l’unique souci d’instruire comme il l’écrit lui-même !

Cher Camille,
A la fin de cette messe après avoir entonné le chant du départ des missionnaires, nous nous rendrons tous les deux à la crypte pour prier pour toi, pour ta mission par l’intercession de Marie et de nos saints martyrs, puis en procession avec toute cette assemblée à l’oratoire de la Sainte Vierge. Je te remettrai une croix qui sera, comme l’écrit St-Paul dans une autre lettre destinée aux Galates, ta seule fierté. Cette croix résume tout ce qui s'est accompli le jour de ton ordination, quand tu es devenu un prêtre du Seigneur crucifié auquel l'évêque a dit : "recevez l'offrande du peuple saint pour la présenter à Dieu. Ayez conscience de ce que vous ferez, imitez dans votre vie ce que vous accomplirez par ces rites et conformez-vous au mystère de la croix du Seigneur". Que ta vie missionnaire trouve son unité dans la célébration des sacrements et dans l’annonce courageuse de l’évangile ! Bonne route, cher Camille !