Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Prêtres et missionnaires Prêtres et missionnaires
 
Document Actions

Veillée de prière suite aux attentats de Paris

Homélie de la veillée de prière pour les victimes des attentats du 13 novembre et pour la France présidée par Mgr Olivier Schmitthaeusler, vicaire apostolique de Phnom Penh, en présence de Monsieur l'Ambassadeur de France au Cambodge et de la communauté francophone.

***

 

Veillée de Prières
Attentats Paris – 13 novembre 2015
Phnom Penh
Mgr Olivier SCHMITTHAEUSLER

***


1. Mot d’accueil
Frères et sœurs, soyez les bienvenus dans cette chapelle ce soir.
Je salue Monsieur l’Ambassadeur de France et vous tous qui venez prier et offrir au Seigneur les évènements tragiques qui ont ensanglanté Paris vendredi dernier.
Ce temps de prière proposé par la communauté catholique francophone de Phnom Penh se veut un temps pour demander à Dieu d’accueillir tous ceux qui ont été sauvagement assassinés, prier pour les familles, pour les blessés qui continuent à lutter dans les hôpitaux. Prier pour tous les responsables politiques et les forces de sécurité qui doivent gérer cette situation dramatique. Prier aussi pour ceux qui sont habités par tant de haine sauvage…
Ce soir, nous voulons prier pour la Paix et la fraternité dans le monde défiguré par tant de barbarie, de haine et malheureusement d’inhumanité.
Prières et chants viendront soutenir notre méditation.
« Plus jamais la guerre » sera le cri de notre cœur.


2. Commentaire Béatitudes
Frères et Sœurs,
Les actes barbares jalonnent l’histoire de l’humanité.
Ce soir nos cœurs et nos esprits se tournent vers la France depuis cette chapelle, vestige encore debout témoin silencieux du génocide khmer rouge.
Devant ces petites bougies aux flammes fragiles, nous venons d’entendre résonner les béatitudes, ces paroles de Jésus prononcées il y a deux mille ans sur la montagne au bord du lac de Tibériade, terre aujourd’hui défigurée par la guerre et la haine :

Heureux les doux.
Heureux les miséricordieux,
Heureux les affamés de justice
Heureux, oui heureux les artisans de paix.

Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants meurent chaque jour à cause de la guerre… je me rappelle ce dessin d’une petite syrienne de 8 ans arrivant en Allemagne : d’un côté son pays défiguré par les bombes, du sang, des blessés de guerre, des bâtiments en ruines et de l’autre le poste de police allemand avec des fleurs, un arc en ciel et un cœur où elle avait inscrit : Polizei.
Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants meurent de faim ou sont victimes de catastrophes naturelles.
Ce vendredi 13, c’est la France qui a été touchée.
C’est notre cœur et notre chair qui ont été transpercés. Et les larmes coulent. Et les questions fusent. Ce sont des innocents qui ont perdu la vie sans comprendre ce qui leur arrivait.
Nous avons été confrontés personnellement de manière abjecte au Mal absolu qui agit chaque jour aux quatre coins de la planète.
L’homme tue l’homme, son semblable, son frère !

Ce soir, les béatitudes de Jésus sont un appel pour nous, pour l’humanité entière à marcher vers la Lumière : Miséricorde, paix, douceur, justice.
Alors que le Mal murmure depuis les profondeurs des ténèbres : vengeance, haine, violence, iniquité !

Ce soir plus que jamais, nous devons entendre cet appel à la fraternité. Cette fraternité inscrite dans la pierre de nos institutions nationale et internationales mais malheureusement pas encore gravée suffisamment profondément dans la chair et le cœur de nos vies.

Jésus met en rapport la fraternité avec la paix : heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. Enfants d’un même père, c’est à dire frères et sœurs en humanité.

Cette fraternité se caractérise avant tout par le dialogue, l’écoute et surtout l’accueil de l’autre dans sa différence.

C’est cette route que nous devons emprunter chacun à notre niveau de responsabilité dans la société et dans la vie simple de famille.
La famille est le premier lieu où se vit la fraternité comme dialogue, écoute et acceptation de la différence.

Ne laissons pas les ténèbres du Mal nous assaillir, regardons vers la Lumière.

Continuons notre prière en confiant tous ces martyrs innocents de France et d’ailleurs à l’amour de Dieu, toutes ces familles éplorées à la tendresse de Dieu et tous ceux que la haine dévore à la miséricorde Dieu.

Heureux les doux.
Heureux les miséricordieux,
Heureux les affames de justice
Heureux, oui heureux les artisans de paix.
 

AMEN